La mémoire de l’eau et le traitement des allergies et intolérances

Saviez-vous que l’eau a la capacité d’enregistrer une information, la stocker et la retransmettre ?

Découvrez dans cette vidéo, le principe la mémoire de l’eau expliqué par Olivier Coen et comment il est utilisé dans le traitement définitif de toute forme d’allergies et d’intolérances.

L’efficacité la mémoire de l’eau dans le traitement définitif de toute forme d’allergie et d’intolérance, est démontrée au quotidien par les témoignages reçus des milliers de personnes, qui peuvent aujourd’hui, vivre une vie plus sereine et épanouie.

Plus de :

  • Soucis gastro-intestinaux
  • Fatigues chroniques
  • Maux de tête
  • Multiples consultations 
  • Régime hyper strict et contraignant
  • Lourde trousse à pharmacie
  • Déprime

 

Prendre une consultation personnalisée sur mesure

Cette vidéo est la quatrième d’une série dont le but est de vous présenter la méthode de réinformation vibratoire, dans toute son entièreté. N’hésitez pas à regarder les vidéos précédentes ,ci vous les avez manquées.

I

I

I

Retranscription de la vidéo

Dans cette vidéo nous allons aborder la mémoire de l’eau, et comment nous utilisons ce principe, pour traiter au quotidien, tous les problèmes d’allergies et d’intolérances.

La mémoire de l’eau, est un sujet, relativement sensible. Pourquoi sensible : parce que la preuve de la mémoire de l’eau est très contestée, et si elle était avérée, elle donnerait la preuve scientifique de la véracité de l’existence de l’homéopathie.

Ce qui ne plaît pas une certaine communauté scientifique, qui s’acharnent à considérer que c’est impossible que l’homéopathie est une preuve scientifique tangible, et puisse être quelque chose de reconnu.

Alors la mémoire de l’eau qu’est-ce que c’est ? C’est simplement la capacité qu’a l’eau, d’enregistrer une information et de la stocker.

Une des premières personnes à avoir mis en évidence ce principe de la mémoire de l’eau, c’est le docteur Masaru Emoto. Il l’a fait d’une manière tout à fait originale et presque poétique. Il l’a fait avec un protocole de congélation très rapide d’eau, qui a été préalablement exposées à certaines conditions.

Ensuite, il a fait une photographie au microscope électronique, pour voir à quoi ressemblait ce cristal. Vous allez voir ici ce type de photographie, où on peut voir par exemple dans le premier, une eau qui a été exposée. Donc on va dire une ou neutre un verre d’eau, qui a été exposé devant une enceinte qui diffusait une symphonie de Mozart.

Ici on a la chanson “Imagine” de John Lennon. Dans celui-là on a écrit le mot “Amour”, et on a scotché le mot “Amour” sur le verre d’eau et qu’on a explosé pendant un certain nombre de minutes.

Ici on a le mot “Paix”, le mot “Merci” et là vous allez voir la différence avec quelque chose d’un peu plus négatifs comme “je vais te tuer”.

Dans ce cas-là, le Fujiwara c’est un lac au Japon, et donc, il y a des moines qui se sont mis autour du lac, qui ont fait une prière. Donc c’est la photographie de l’eau prélevée du lac avant la prière et ensuite après la prière.

On voit ici que l’on a cette capacité de transformer sa structure, en contact de la vibration d’un élément extérieur. Ce qui est  important c’est qu’elle va le mémoriser. C’est à dire qu’elle va garder cette information et rester stable dans cette forme-là.

Et ce qu’on va voir par ailleurs c’est que cette capacité-là, c’est aussi de la retransmettre. Donc c’est comme si on va utiliser l’eau pour sa capacité de stockage d’une information.

Et plus cette information a un taux vibratoire élevé c’est-à-dire est subtil, plus l’eau à cette capacité de la stocker de la retransmettre.

La deuxième personne qui a mis en évidence la mémoire de l’eau c’est le Professeur Jacques Benveniste. Qui avait pu mettre un protocole en place, un protocole vraiment purement scientifique et qui a publié dans la revue Nature, qui est une célèbre revue de scientifique.

Mais qui a créé un tollé général parce que ce n’était pas acceptable pour la communauté scientifique d’avoir cette preuve et qui a décrété qu’ils allaient venir faire une contre expérience de ce protocole-là. Pour prouver qu’il allait échouer. Ce qu’ils ont très bien réussi à faire, puisque quand on a l’intention de faire échouer quelque chose on est capable de faire. Et Il y a une contre-publication qui a dit : circulez,  il n’y a rien à voir, la preuve n’est pas faite.”

Ceci dit, on a le professeur Montagnier qui est le codécouvreur du virus du SIDA, qui a racheté il y’a quelques années le  laboratoire du professeur Benveniste, et qui poursuit ses recherches. D’une certaine manière tout ça c’est parfait qu’on ait une preuve scientifique de la mémoire de l’eau, mais en réalité nous on utilise de manière pragmatique au quotidien.

Parce que pour l’instant on n’a que des recherches théoriques qui sont faites, mais l’homéopathie et la manière dont nous utilisons les très hautes dilutions est une preuve au quotidien de l’efficacité la mémoire de l’eau.

La base de notre travail en tant que praticien en réinformation vibratoire, c’est de travailler avec des réactifs. On voit ici une fiole de tests oléagineux. Ça veut dire que c’est simplement de l’eau qui est contenu dans cette fiole, mais de l’eau informé. Donc à l’intérieur de cette fiole, on a l’information vibratoire par exemple de la cacahuète, et c’est comme si je mettais dans la main une
cacahuète à une personne et je vais pouvoir, avec un test de sensibilité, déterminer si le corps est en faiblesse ou pas.

Ensuite, si je prends cette même vibration je la monte à très haute dilution, toujours dans une fiole de ce type là mais où je vais monter à très haute dilution, cette information vibratoire, et bien, ça va fonctionner comme remède. Donc dans cette fiole par exemple est inclus la vibration de la cacahuète, et c’est comme si je m’étais une cacahuète dans la main d’une personne, et que j’allais tester avec un test de sensibilité, en kinésiologie, la réaction du corps et qui va pas faire la différence entre une vraie cacahuète et cette information vibratoire.

De la même manière on va pouvoir encoder dans une fiole, l’équivalent vibratoire, mais sous forme de remèdes qui va servir ensuite en homéopathie de contact, pour procéder au traitement.

Je vous expliquerai dans d’autres vidéos plus en détail, la notion de tests de sensibilité avec le test kinésiologie.

Je vous parlerai aussi des très hautes dilutions, qui permettent de traiter en homéopathie contact avec la réinformation vibratoire.

 

Ces articles pourraient vous intéresser :

Comment mettre fin à 10 ans de régime strict sans gluten ?

Allergie et intolérance : découverte et mise au point d’une méthode de traitement en 1 mois

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *